La macrobiotioque

Posted by on Apr 3, 2013 in BLOG, ITALIE | No Comments

Cette semaine je voudrais  vous parler d’une tradition “gastronomique” italienne qui n’est pas très connue à l’étranger, mais qui a été centrale dans ma vie. Je me réfère à la macrobiotique. A 18 ans j’allait toujours au restaurant “Un punto macrobiotico”, parce que un repas complet à 2 euros était la seule chance pour une fillette avec les boutons d’aller manger au restau avec les amis et parce que finalement, c’étai bon.

Je suis devenue une adepte et j’ai aussi converti quelques amis.

Voici un typique plat macrobiotique, composé par un légume sec, un légume cru, un autre cuit, deux céréales.

Photo de Cog Log Lab.

Une fois adepte je suis partie étudier en Emilie Romagne et c’est là que j’ai découvert qu’il n’y avait pas des restaurants macrobiotiques dans chaque petit village, comme c’était le cas dans les Marches, la région où je suis née et grandie. En effet l’enseignement de son fondateur, le japonais Georges Ohsawa, a été transmis et diffusé en Italie par Mario Pianesi, originaire des Marches.

Pour vous décrire l’apparence un restaurant macrobiotique est un lieu calme, avec des couleurs calmes, des serveurs calmes, une ambiance qui calme. Les tables en bois naturel sont très souvent partagés. On ne peut pas utiliser le téléphone portable. L’odeur est unique et indescriptible. Incroyable à le dire, mais pour moi le macrobiotique est l’odeur de chez moi autant que la pizza et la pâte fraîche aux oeufs. C’est des fois pour cette unique raison que je vais à “L’Arc en Ciel” à Paris 11, 8 rue Rochebrune.

Pour vous décrire la substance la macrobiotique est une philosophie qui vise au bien être physique et psychique de l’individu à travers l’équilibre. L’homme est un être privilégié, le seul à pouvoir penser le processus de création du monde qui procède de l’Un et engendre un conflits permanent entre deux forces, l’une constrictive, l’autre dilatatrice, qui se sont séparées à un moment donné et cherchent à se réunifier pour récréer l’unité perdue. Pour plus d’infos cliquez ici

Qu’est-ce que tout ça a à voir avec l’alimentation?

L’homme, afin de nourrir sa conscience doit être équilibré et avoir un régime alimentaire adéquat à son style de vie et à ses besoins. Chaque aliment a en soi les deux forces : le yin et le yang et une prime toujours sur l’autre. Les critères de classification pour pouvoir établir si un aliment est plus yin ou plus yang sont très variés : la composition chimique et la couleur, mais aussi la forme et le pays d’origine. Il y en a certains qui sont exclu du régime macrobiotique parce que trop déséquilibrés, comme la pomme de terre ou la tomate.

Comme dans beaucoup de philosophies orientales l’homme doit aller au delà de la matérialité, de son être terrain et nourrir sa conscience pour arriver à la vérité suprême, la vision de l’Un, la compréhension du fait que le yin et le yang sont l’Un.

Le Yin et le Yang. Photo de Mod as Hell.

Je vous laisse estimer si vous jouissez de bonne santé, selon les conditions proposées par Ohsawa, en spécifiant que la septième est considérée aussi importante que les six premières réunies.

Les sept conditions de la santé

Pas de fatigue (Ne jamais être amené à dire «ceci est impossible, c’est trop complexe». )
Bon sommeil (Pouvoir récupérer totalement avec quatre à six heures de sommeil. )
Bon appétit (Pouvoir apprécier, avec plaisir et reconnaissance, un bout de pain ou légèrement de riz complet. )
Bonne mémoire (Pouvoir se rappeler tous ceux qui nous ont aidés pendant notre vie et même avant. )
Bonne humeur (Arriver à considérer que tout et n’importe qui est agréable. )
Rapidité de jugement et d’action (Pouvoir agir de manière juste et précise lorsque c’est nécessaire. )
Justice (Expérimenter le sentiment permanent de gratitude. )
Enfin, la nature atypique des restaurants macrobiotiques à fait en sorte que des rumeurs populaires, des fois pas trop sympas, se produisent autour du sujet. Il parait que les gens qui suivent la macrobiotique aient une grosse tête et la peau verte. Des autres identifient la cuisine macrobiotique avec l’image d’une tasse d’eau chaude avec un petit pois qui flotte à l’intérieur.

D’après mon expérience je suis sans doute partante : on mange sain, tous les aliments sont bio et locaux, même la viande et le poisson.
Par rapport à l’offre des desserts, ils vantent cette appellation pour être consommés après le repas mais ils rappellent vaguement la conception classique de dessert, surtout parce que ils sont pas vraiment sucrés. Ils sont bons, mais ce ne sont pas de desserts.

Si quelqu’un est intéressé à faire une première expérience à Paris je peux vous conseiller “Le puits de légumes” ou “Au grain de folie”. Allez-y quand vous n’êtes pas du tout pressés. Si en plus de ça vous avez envie de vous déplacés allez directement à Saint Gaudens, une pension macrobiotique fondée en 1979 par René Lévy.

Photo de Luciana Christante.

J’aurait bien aimé vous montrer ma carte “Un punto macrobiotico”, l’adhésion à l’association. J’étais sure d’en avoir une dans mon porte feuille, mais j’ai du la jeté parce qu’elle était expirée. Je constate toutefois que dans mon portefeuille il y a encore carte pour la photocopieuse de l’université (année 2009), un ticket d’aotubus de l’APM Macerata du 2007, et deux médailles de la Sainte Vierges, offertes par mes guides spirituelles : les deux couturières Mariella et Giovannella, dans l’espoir de ma soudaine conversion.

Ce soir, je me sens un peu Yin.

Yin est la force centrifuge, force d’expansion, de dilatation, de dilution. Yin est source du silence, du froid, de l’obscurité, produit les radiations violettes, la passivité, ce qui est léger, mou, les formes élancées, verticales.

FacebookPinterestTwittertumblrEmail

Leave a Reply